Breaking News

Les mosquées du Polisario recrutent des terroristes pour effusion de sang sur la côte et dans le désert

Les mosquées du Polisario recrutent des terroristes pour effusion de sang sur la côte et dans le désert
Les mosquées du Polisario recrutent des terroristes pour effusion de sang sur la côte et dans le désert

Jour après jour, les organisations terroristes de la côte et du Sahara ont réussi à pénétrer dans les camps de Tindouf, où la polarisation djihadiste s'est intensifiée, après que les forces de sécurité algériennes ont arrêté un imam de mosquée qui incite la population à s'engager dans des mouvements djihadistes.

Les médias algériens ont rapporté l'arrestation de l'imam de la mosquée, qui avait recruté des jeunes d'origine sahraouie, pour rejoindre les mouvements djihadistes radicaux actifs dans la région.

Selon les mêmes sources, les autorités algériennes de la sécurité ont arrêté l'imam de la mosquée, soupçonné d'attirer de jeunes enfants et des adolescents au profit de certains groupes terroristes du Sahel.



L’agence de presse Rwanda a déclaré que l’arrestation par les autorités algériennes révélait l’implication d’un des éléments du Front Polisario, ce qui illustre bien la complicité des séparatistes du Front avec les milieux terroristes actifs dans la région.

L’agence de presse a souligné avoir obtenu des informations précises des services de sécurité algériens selon lesquelles l’arrestation reposait sur l’arrestation de terroristes défiant Tindouf, a reconnu qu’ils fréquentaient la mosquée où l’imam avait été arrêté, avant de rejoindre un groupe armé au Sahel.

Un journal gabonais a annoncé que les forces de sécurité algériennes avaient arrêté l'imam d'une mosquée du camp de Tindouf, Abdallah Sidya al-Kharashi, après un reportage sur les services de renseignements algériens concernant des terroristes arrêtés ces dernières semaines.

Ils ont dit aux services de sécurité algériens à Tamanrasset qu'ils fréquentaient la mosquée où l'imam était détenu avant de rejoindre le Tawhid wal Jihad en Afrique de l'Ouest en 2010.

Le journal Gabon Review a mis en garde contre les grands dangers qui menacent la sécurité et la stabilité des pays du Sahel et d'Afrique du Nord, soulignant que l'escalade des mouvements djihadistes suite aux résultats du conflit artificiel sur le Sahara marocain est utilisée par l'Algérie voisine à des fins personnelles.



Les camps de Tindouf sont devenus la colonne vertébrale des groupes terroristes ces dernières années, le principal incubateur de groupes militants et de réseaux transnationaux de crime organisé à la suite de l'absence de coordination bilatérale entre les services de renseignements algériens et marocains.

Abd al-Haq al-Khayyam, directeur du Bureau central de la recherche judiciaire (Basij), a déclaré que l'absence de coopération algérienne engendrait le terrorisme, ajoutant que, dans ses déclarations antérieures, le problème ne concernait pas uniquement le Royaume. Le voisin oriental est devenu un "point noir" dans la coopération mondiale pour lutter contre l'extrémisme.

Aucun commentaire