Breaking News

L'extension de la mission MINURSO au Sahara soulève un conflit franco-américain

L'extension de la mission MINURSO au Sahara soulève un conflit franco-américain
MINURSO
MINURSO

La France, alliée du Maroc à l'ONU, a appelé à une prolongation de la mission de l'ONU pour un an, tandis que les États-Unis exigent un renouvellement pour six mois seulement.

Dans son rapport au Conseil de sécurité, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a proposé de revenir à l'ancienne version de la MINURSO, une prolongation d'un an, à l'appui de la reprise des prochaines négociations politiques à Genève.

Le Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies à New York, François Delat, a déclaré que la position de la République française était de plaider pour le renouvellement du mandat de la MINURSO pour un an, conformément aux recommandations du Secrétaire général Guterres.

"Nous pensons que cette tendance est positive pour le problème du Sahara et qu'il est nécessaire d'investir cet élan, et c'est la position de la France", a déclaré le responsable français dans une déclaration à la presse internationale citée par l'Agence France-Presse en marge du Conseil de sécurité des Nations unies consacré à la mission des Nations unies au Sahara. Ce qui souligne le besoin de stabilité sur le terrain d'une part et d'élan politique de l'autre.


Contrairement à cette approche française, les États-Unis ont proposé, lors de la même réunion, de prolonger le mandat de la MINURSO de six mois seulement. Une source diplomatique, peu disposée à révéler son nom, a déclaré à la plateforme française: "La proposition de l'Amérique était très ferme".

L'administration américaine estime que la prolongation de six mois seulement "maintiendrait la pression sur les parties au conflit pour guider la reprise des discussions attendues à Genève entre le Maroc et le Polisario, l'Algérie et la Mauritanie", selon la source diplomatique.

Sur la proposition de prolonger de six mois, des sources bien informées sont liées aux démarches du conseiller américain à la Sécurité nationale, John Bolton, décrit comme un "ami du Polisario".


"Il existe une approche américaine visant à maintenir le dossier du Sahara présent tout au long de l'année au sein des Nations unies", ont déclaré les sources.

Les parties au conflit devraient se rencontrer lors d'une table ronde les 4 et 5 décembre à l'invitation de l'envoyé de l'ONU au Sahara, Horst Köhler.

Rabat a officiellement accepté de participer aux pourparlers "étant donné que cette invitation est adressée à l'Algérie et à la Mauritanie lors d'une table ronde".

Aucun commentaire